Capelan – La falaise et le parking

Capelan – La falaise et le parking

Depuis sa création, notre association Bandol Littoral alerte la mairie de Bandol sur l’important risque d’érosion constaté depuis des années aux abords des petites falaises du Capelan.

Les arbres, trop près du bord, étaient régulièrement abattus  en raison du risque qu’ils présentaient d’entrainer un effondrement sous leur poids. Ces coupes ont dégradé le paysage emblématique des lieux sans apporter de solutions au phénomène, l’accélérant même en privant l’aplomb vertical de protection végétale.

Il était une fois une petite falaise…

2012

Interpellée lors d’un comité de quartier par le maire de l’époque [C.Palix], notre association se lance dans une réflexion sur le devenir du Capelan. L’actualité littorale est marquée par la sécurisation de la Presqu’île du Capelan, Espace Naturel Sensible propriété du département. Le profil abrupt est rabattu au mini bulldozer et les cavités sont comblées. Des arbres sont abattus, là encore. Le paysage a définitivement changé en quelques jours.

2014

Bandol Littoral élabore un plan de sécurisation doux comprenant une restauration du couvert végétal et une sensibilisation du public. Le principe est simple : il se base sur la stratégie nationale de gestion du trait de côte initiée en 2012 et préconise un recul du sentier sur cette propriété foncière municipale.

2016

Après quelques années d’échanges, le maire [alors, JP Joseph] convaincu par notre projet nous donne un accord de principe.

2017 

La mairie lance l’opération, d’abord avec le vote d’un budget au mois de Mars suivi d’une demande d’autorisation et de subvention à la DDTM en Juillet. Sur la base de notre dossier, l’accord est donné en Août par l’autorité territoriale. Une première phase de travaux concernant le recul Sud est réalisée en novembre 2017. Cela consiste simplement à reculer le grillage Sud de la clôture du parc du Capelan pour permettre au cheminement piéton extérieur de s’éloigner de la tête de falaise dangereuse.

Pendant ce temps-là, un autre projet municipal est né : un parking dans le parc municipal du Capelan ! D’abord présenté comme étant une «rumeur» , puis admis comme étant une simple «idée», pour finalement être présenté comme un projet “pour tous” par la mairie, le parking du Capelan va déclencher au mois de Septembre une pétition signée par 9000 personnes qui demandent son abandon et le respect de l’espace naturel.
Dès lors, la mairie coupe les relations avec notre association et refuse tout échange, enjoignant aux intermédiaires concernés de ne plus nous répondre.

Il n’y aura pas de campagne de sensibilisation ni auprès des scolaires, ni auprès du public. La suite des opérations appartient désormais strictement à la mairie qui ne souhaite plus de concertation. Bandol littoral poursuit néanmoins la démarche de sensibilisation -à sa mesure- sur le risque du site en particulier et d’érosion en général, avec des publications régulières et un visuel  « Moins près du bord, c’est plus sûr » pour informer a minima les usagers, nombreux à s’interroger sur les changements qui s’opèrent sans explications.

2018

Au printemps, la phase 2 concernant le recul du sentier à l’Ouest, à l’aplomb de la portion estimée la plus dangereuse, n’est toujours pas annoncée. On l’attend avant l’été… Au mois de Juin, les travaux du parking démarrent, et ce malgré une occupation des lieux par des habitants qui revendiquent le maintien de l’espace public de loisir, lesquels se feront déloger par une brigade de police.
Ce projet-là est réalisé.

Notre association met en garde la mairie sur la non compatibilité d’une telle réalisation en amont d’un site sensible dont une restauration écologique est projetée basée sur une reperméabilisation.

Nos appels de prudence n’ont pas suffi : en Août un accident grave fait une victime après une forte période pluvieuse. Depuis un an, nous ne sommes plus tenus informés des interventions prévues. En Novembre nous apprenons par un arrêté des “travaux de clôture et aménagement d’une rampe d’accès”  dans cet espace naturel. Est chargée de cette intervention la société Urbavar, spécialiste des travaux publics urbains et de voiries, régulièrement missionnée par la Ville de Bandol. Nos interrogations sur les modalités de cette phase 2 n’ont pas le temps d’aboutir. Le mur de pierre du Capelan s’effondre sous le poids de la pelleteuse. Le sentier littoral est aujourd’hui fermé depuis fin Novembre.

2019 ?

La DDTM n’était pas informée de l’effondrement ni de l’interruption du sentier littoral, ayant délégué par convention toute responsabilité de l’entretien à la municipalité. L’accès est officiellement interdit par arrêté municipal sous peine de verbalisation. 

Quant aux suites à attendre, notre dernière demande de rendez-vous en mairie est toujours “à l’étude” et les premiers mots du mail en réponse, “Madame, soyez rassurée, ces deux ouvrages* vont être traités. Leur sécurisation est actuellement effective.”  laissent sceptiques.

* la mention de “deux ouvrages” en question fait référence à un autre mur de soutènement effondré pendant l’été à Barry, juste avant celui du Capelan.

Un triste bilan mais un cap inchangé

Toute amertume décelable dans ces lignes n’est pas fortuite. À Bandol, comme ailleurs, le scénario est trop souvent répété par les politiques publiques d’un environnement négligé, ou même sacrifié derrière des discours engageants et vertueux.

L’objectif de notre association est de défendre le littoral et ses usagers. Après des années d’implication, les résultats ne sont pas là. Nous n’avons pas réussi à défendre les bonnes priorités face à la mairie qui reste focalisée sur des projets plus glorieux. Les associations proposent, les élus disposent.
L’année 2018 n’aura pas tenu les promesses qui se dessinaient fin 2016 et aura même concrétisé nos pire craintes : une victime, le sentier littoral fermé, le site du Capelan défiguré.

Ailleurs, le reste du littoral bandolais n’est pas moins à la peine : d’Est en Ouest, du port jusqu’aux Engraviers le sentier est jalonné de rubalises, de barrières et de panneaux de “Danger”, alors que de toute part le béton avance.

Loin de baisser les bras, notre association se prépare à une année chargée et accueillera toutes les bonnes volontés ! Aussi ténu soit-il, notre littoral naturel est essentiel. Les moyens ne manquent pas pour faire avancer cette évidence impérieuse qui comme l’eau saura trouver son chemin.

Pour tous, nous faisons le vœu d’un littoral en pleine santé, superbe et résilient.

 


Catégories