Opération Bord de mer Propre

Opération Bord de mer Propre

La prise de conscience s’intensifie !

De plus en plus de bénévoles répondent présents pour les initiatives de ramassages de déchets sur les plages et bord de mer.

A Bandol

Pour l’édition 2017, Marc Maisonneuve, le président des Mariolles de la Bleue (1), s’est réjoui de voir,  à son appel, deux fois plus de volontaires que l’année dernière. Plus de 70 personnes, équipés de gants et sacs poubelle prêtés par la société Veolia, ont sillonné le bord de mer, de la digue de l’entrée du port jusqu’à la plage du Grand Vallat pour une moisson fructueuse ! “L’année prochaine, a-t-il dit, on vise le double !”.

 

Grosse satisfaction donc devant une campagne de sensibilisation initiée il y a une quinzaine d’année et qui porte ses fruits.

en vedette : le plastique

Le ramassage, organisé de manière sélective (plastique, métal, mégots…), a clairement présenté une majorité de déchets plastiques.

Le plastique met entre 100 et 1000 ans à se dégrader dans la nature. Cela peut avoir des conséquences sur la faune et la flore, mais aussi sur notre propre santé.

comme ailleurs !

Aujourd’hui on le sait : la mer Méditerranée est la mer la plus polluée du monde par le plastique et nous l’avons constaté ! “L’enjeu est immense. poursuit Marc Maisonneuve, La pollution est à 80% d’origine terrestre, des villes, nos déchets. Quand il est ramassé, le recyclage du plastique coûte 10 millions à la société. Du citoyen jusqu’à l’industriel tout le monde doit réagir, en commençant déjà par ne pas laisser de détritus en bord de mer.”

 Selon l’ADEME (2), la France est « l’un des pays européens les moins performants », avec un taux moyen de recyclage des déchets plastiques de seulement 20 % environ.

Le littoral n’est pas une poubelle.

A Bandol, mais aussi dans la plupart des communes littorales de la région, avec l’Opération Calanques Propres, le ramassage d’aujourd’hui initié par des associations et des citoyens bénévoles vise surtout à une sensibilisation du grand public et des pouvoirs publics. “Les gens sont sales” entend-on, pour la version la plus soft. En être conscient est la première étape. La deuxième étape consiste à agir pour l’éviter !

(1) Pour la protection du milieu marin et du littoral, Les Mariolles de la Bleue animent la campagne ECOGESTE auprès des plaisanciers en été pour une sensibilisation des “bons gestes” à adopter.

(2) ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.


Catégories