Vole, pigeon, vole !

Vole, pigeon, vole !

Par un arrêté temporaire du 22 juin 2018, la mairie de Bandol vient de lancer une campagne de “Capture et destruction de pigeons”, pendant toute la saison touristique (3 mois). Motif : des dégâts très importants dus à une surpopulation !

Pour quelques cacahuètes chippées sur les tables des terrasses, la gentille colombe est décrétée nuisible et contraire à l’ordre et à la santé publique.

Les termes terrifiants de “risques sanitaires”, “ces animaux pullulent”, “dégâts très importants” sont utilisés dans le document officiel pour justifier 3 mois d’éradication.

Pour faire la part des choses, il aurait été intéressant de connaître l’effectif de  cette surpopulation, la nature des dégâts occasionnés, et la potentialité du risque sanitaire. Quelques pigeons picorant sur la place d’un village provençal ne renvoient pourtant pas apriori une telle image de menace !

En connaissance de cause

voici en lecture un guide passionnant et très complet (60 pages), réalisé par quelques spécialistes émérites (CNRS, Muséum national d’Histoire naturelle…), qui amène à  réfléchir sur la place et la symbolique de l’oiseau libre dans nos villes…

Ce guide présente rationnellement les différentes espèces, le cas des pigeons urbains, sa reproduction, avec un point sur les risques sanitaires en chiffre. Il est aussi question de l’évolution de la symbolique du pigeon dans l’histoire (1), et les rapports ambigus du citadin avec cette part de nature urbaine, ainsi qu’ un relevé exhaustif des méthodes de gestion du pigeon des villes.

Un couple de pigeons donne naissance en moyenne à un seul petit qui prendra son envol en une année.

Comme tout être vivant, le pigeon est sujet aux maladies et parasites, mais à moins de contacts directs fréquents, le risque de contamination est infime. Les pigeons sont notamment très peu sensibles à la fameuse grippe aviaire et globalement “les risques sanitaires liés aux pigeons sont extrêmement faibles”.

Biodiversité

Les pigeons en question peuvent être ramiers, colombins, bizet, ou tourterelles. Si en général, le pigeon est plutôt grégaire, certains peuvent être des oiseaux sauvages de passage, ou nichant dans les infractuosités du littoral (pigeon bizet). Sur une durée de 3 mois, on peut se demander quelle sera la réalité des captures sur ces populations ?

Aujourd’hui, considérant l’état alarmant de la biodiversité, décider de “détruire” un peu plus la faune urbaine sur la place centrale n’est pourtant pas chose légère.

Qu’on aime les pigeons ou pas, là n’est pas seulement la question. Pour répondre aux plaintes des habitants de la ville, le maire, par son pouvoir de police peut choisir la solution qu’il jugera la mieux adaptée. En cas de risque sanitaire avéré, c’est même une obligation. Mais une telle décision nous semble devoir être justifiée a minima par des éléments tangibles. Il existe d’autres méthodes de régulation moins cruelle et certainement plus efficace que la “destruction”.

Des pigeons sur la place, c’est ça aussi l’esprit d’un “village”.

Une idée comme ça :

Mettre un couvercle sur les cacahuètes de l’apéro coutera moins cher qu’un prestataire biocide sur toute une saison (2), une manière douce d’expliquer au pigeon qu’elle ne lui sont pas destinées ! Pour rappel, il est interdit de nourrir les oiseaux en ville (L’article 120 des règlements sanitaires départementaux interdit le “nourrissage”, cf p38 du guide mentionné précédemment).


(1) Sur la symbolique du pigeon dans l’histoire :

« Ambassadeurs par le peuple pigeon
Furent choisis, et si bien travaillèrent
Que les vautours plus ne se chamaillèrent.
Ils firent trève; et la paix s’ensuivit.
Hélas! ce fut aux dépends de la race
A qui la leur aurait dû rendre grâce.
La gent maudite aussitôt poursuivit
Tous les pigeons, en fit ample carnage,
Et dépeupla les bourgades, les champs.
Peu de prudence eurent les pauvres gens,
D’accommoder un peuple si sauvage. »

Extrait – Les Vautours et les Pigeons ; J. de La Fontaine 1678, Livre VII, Fable 8

(2) Le piégeage à l’aide de cages demandent à être relevées tous les jours pour ensuite tuer les oiseaux rapidement et sans douleur !


Catégories